05/03/2004

Rosetta à la poursuite des comètes

EVRY (AP) - Un gros "ouf" de soulagement. Après deux reports de lancement successifs la semaine dernière, la fusée Ariane-5 a placé sur orbite, mardi matin pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA), la sonde Rosetta qui doit d'ici 2014 rejoindre une comète pour s'y poser et l'étudier, une première mondiale.

Le décollage d'Ariane-5, depuis la base de Kourou en Guyane française, a eu lieu mardi à 8h17 heure de Paris (4h17 heure de Kourou, 7h17 GMT). Rosetta a été larguée sur l'orbite visée, à 10h31 heure de Paris.

Le succès de cette mission a été accueilli par des applaudissements tant dans le centre de contrôle de Kourou qu'au siège de l'ESA à Paris où le lancement a été retransmis en direct. Le succès a été sablé au champagne en milieu de matinée.

Après ce succès, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a renouvelé "sa confiance dans l'industrie spatiale française et européenne pour poursuivre le développement de la conquête spatiale européenne dans les domaines de la science, de l'environnement et des télécommunications".

Initialement programmé jeudi dernier, ce lancement avait été reporté à deux reprises, une première fois de 24 heures en raison de conditions météorologiques défavorables, puis à la suite d'un problème technique.

Il s'agissait de la première mission de l'année pour Ariane et la 162e mission d'une fusée Ariane depuis la mise en service des lanceurs européens en décembre 1979.

C'est une mission très particulière qu'Ariane-5, dans sa version "générique" a accomplie avec brio, très loin des traditionnelles mises en orbite de satellites de télécommunications, qui durent une trentaine de minutes.

La fusée a d'abord rejoint une altitude de 173,4 kilomètres avant l'extinction puis le largage de son moteur principal, et a entamé, en utilisant la gravitation, une phase balistique d'une heure et 46 minutes au cours de laquelle elle a progressivement pris de l'altitude et effectué une fois et demi le tour de la Terre.

A 652 kilomètres, Ariane-5 a mis en route le moteur de son étage supérieur pour rejoindre l'orbite visée à 1.364,3 kilomètres, altitude à laquelle Rosetta a été larguée.

"C'était une mission un peu inhabituelle puisqu'Ariane-5 'générique' était utilisée sur un mode bien spécifique. Le fonctionnement du lanceur a été parfait et la partie plus spécifique avec allumage retardé a marché de façon formidable", s'est félicité le directeur général d'Arianespace Jean-Yves Le Gall lors d'une conférence de presse.

La sonde va maintenant pouvoir entamer son périple interplanétaire de plus de cinq milliards de kilomètres, pendant dix ans, afin de rejoindre d'ici 2014 la comète Churyumov-Gerasimenko à la surface de laquelle le module Philae va se poser pour l'étudier.

Pour atteindre son objectif, la sonde survolera trois fois la Terre, puis une fois la planète Mars vers laquelle elle sera propulsée, utilisant ainsi le champ gravitationnel de ces deux planètes pour sa trajectoire.

Arrivé à proximité de la comète, le module s'y arrimera à l'aide d'un harpon et de trois pieds dont les vis se planteront à la surface. Sans cela, le module serait éjecté, en raison de la très faible gravité qui règne sur la comète.

La rencontre s'effectuera à la vitesse de 135.000km/h. Outre le module -"l'atterrisseur"-, un "orbiteur" restera dans le voisinage de Churyumov-Gerasimenko pour réaliser une cartographie de la comète.

Rosetta accompagnera la comète pendant 17 mois, une période qui permettra d'étudier, comme jamais auparavant, la composition de la surface, et d'en prendre des images.

Toutes ces données doivent permettre aux scientifiques d'en apprendre un peu plus sur l'origine de notre système solaire, les comètes étant apparues très tôt dans notre univers.

La réussite de ce lancement permet à Arianespace de démontrer la capacité d'Ariane-5 à s'adapter à des missions multiples, qu'il s'agisse de tirs commerciaux, ou des lancements scientifiques vers une orbite particulière.

Elle efface également les déboires d'Ariane-5 fin 2002, début 2003, qui avaient entraîné un report de plus d'un an pour la mission Rosetta.

Le 11 décembre 2002, la fusée Ariane-5, utilisée pour la première fois dans sa version "10 tonnes", avait été détruite en vol quelques minutes après son décollage, après avoir dévié de sa trajectoire, un échec dû à des fuites dans le circuit de refroidissement du moteur principal.

Et même si les Ariane-5 "génériques" n'étaient pas en cause, l'ESA avait finalement décidé, mi-janvier 2003, de reporter le lancement de la sonde cométaire par mesure de précaution, le temps que des analyses, des vérifications, et le passage en revue de l'ensemble des procédures de lancement soient effectués sur les deux versions d'Ariane-5.

La sonde, qui devait absolument être lancée avant le 31 janvier 2003 pour rejoindre la comète Wirtanen initialement choisie, est restée clouée au sol pendant plus d'un an, et les scientifiques de l'ESA ont dû refaire leurs calculs et se trouver une nouvelle cible. En ce qui concerne Arianespace, cinq autres tirs sont prévus cette année, et la version "10 tonnes" des Ariane-5 devrait reprendre du service cet été.

En attendant, c'est encore une Ariane-5 "générique" qui décollera de Kourou en mai pour une mission beaucoup plus classique que celle de mardi, à savoir la mise en orbite d'un satellite canadien de télécommunication. AP

Vous trouverez un lien vers le site de la mission Rosetta dans la colonne de droite ;)

11:53 Écrit par J | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Tres bon site... Pour t'encourager un peu...

aujourd hui j envoie 70 units par jour et j ai commencer en 1999 avec 1 ou 2 par jour...

Je en suis a plus de 8000 units calculée, classé 160eme pour la belgique...

Bravo pour ce blog!!!!

Écrit par : PaKaL | 05/03/2004

Les commentaires sont fermés.