28/01/2004

Introduction à SET@Home

SOL 4, et même SOL 5 dans quelques heures vu qu’il fait déjà nuit sur Meridiani Planum, Je suis donc à la traîne, les jours sont pourtant plus long sur Mars. Je vais renoncer à écrire un poste par sol. J’ai passé ma journée d’hier, ainsi qu’une bonne partie de la nuit, à chipoter avec les balises html du design… Et cet après-midi je passe chez mon grand-père pour lui emprunter ses photos d’astronomie amateur afin de les publier dans mon blog.

 

Cessons un peu de parler de Mars, j’en arrive aux véritables objectifs de ce blog. Tout d’abord, pourquoi SETI-at-blog ? Simplement parce qu’à l’origine je voulais traiter exclusivement du projet SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence), et plus particulièrement de SETI@Home, un programme qui permet à quiconque de participer à la recherche d’intelligences extra-terrestres. D’où le nom de mon blog, SETI@Blog.

 

Qu’est-ce que SETI@Home ?

 

En résumé il s’agit en fait d’un écran de veille qui analyse les données radio recueillies par le radiotélescope d’Arecibo au Chili. L’objectif du projet SETI est de détecter des signaux émis par d’éventuelles intelligences extra-terrestres. La quantité de données à analyser est astronomique, et les membres du projet SETI ont eu la brillante idée d’utiliser la puissance combinée de millions d’ordinateurs pour accélérer de façon considérable la recherche de signaux. C’est ainsi que les données radios sont découpées en petite unités de travail (work unit ou wu) que vous et moi pouvons télécharger pour analyser. SETI@Home envoie ensuite les résultats au serveur de Berkeley, siège du projet SETI à l’université de Californie, et ainsi de suite.

 

SETI@Home ne perturbe pas le bon fonctionnement de l’ordinateur vu qu’il s’agit avant tout d’un écran de veille. Il suffit donc de le laisser analyser tranquillement les unités de travails téléchargées et de renvoyer les résultats quand l’analyse est achevée. Participer à la recherche extra-terrestre est donc un jeu d’enfant, mais a priori cela n’a rien de très palpitant vu le peu d’interactivité et la probabilité quasi nulle de découvrir un signal. Eh bien si, les utilisateurs de SETI@Home ont mis au point une pléthore de programme rendant la recherche plus attractive et plus concrète, plus complexe aussi. En outre, le serveur de Berkeley permet aussi à ses utilisateurs de consulter leurs statistiques (de quoi rivaliser avec celles de Chevaljak) et de créer des groupes.

 

Une nouvelle version du programme est actuellement à l’essai, elle est baptisée BOINC ou Berkeley Open Infrastructure for Network Computing. Mon blog fera également la part belle à ce nouveau joujou pour savants fous en manque de statistiques. Avec BOINC il sera possible de travailler sur plusieurs projets simultanément : la recherche de trous noirs, d’étoiles à neutrons, de signaux extra-terrestre, etc.

 

Je reviendrai en détails sur chaque aspect du programme dans les sols prochains, de l’installation de SETI@Home à celle de BOINC, en passant par la théorie pour ceux que ça intéresse. Je publierai également mes statistiques, et les vôtre si vous rejoignez le groupe d’utilisateur que j’ai crée. Enfin j’aborderai aussi Celestia, le fantastique programme de simulation spatiale qui m’a permis de créer l’image ci-dessus.


13:39 Écrit par J | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.